Réformes de l’immobilier Lille

Courtier Immobilier à Lille et Lens

Le budget 2013 a été dévoilé Vendredi 5 Octobre 2012 par le gouvernement ! Pas de surprises, la fiscalité de l’immobilier, courtier immobilier à lille et Lens, sera remaniée. Voici les principaux changements concernant l’immobilier et plus particulièrement le prêt immobilier à Lille.

Investissement locatif

Nouveau dispositif Duflot ! Au 1er janvier 2013, les particuliers, qui achètent dans l’immobilier neuf pour louer, par exemple à Lille, bénéficieront d’une déduction d’impôt égale à 18 % du montant investi dans la limite de 300.000 euros. L’avantage fiscal « Duflot » sera étalé sur 9 ans. Pour en bénéficier, les propriétaires-bailleurs devront avoir des loyers inférieurs aux prix de référence (environ 20 %).

Le nouveau dispositif s’appliquera aux logements situés en zone A et A bis (Paris et son agglomération, une partie de la Côte d’Azur et du Genevois français, certaines communes de Haute-Savoie, du Var et des Alpes-Maritimes), B1 (Agglomérations de plus de 250 000 habitants, Corse, grande couronne parisienne, avec, au cas par cas, des plus petites villes jugées chères, comme Annecy). Sur autorisation des Préfets de régions, certaines villes de la zone B2 pourront aussi être concernées (communes de plus de 50.000 et de moins de 250.000 habitants).

L’objectif pour le gouvernement est de favoriser la mise en place de 40.000 logements à partir de 2013.

Allègement de La fiscalité des plus-values immobilières

Pour favoriser le marché, la fiscalité sur les ventes de biens immobiliers (hors résidences principales) sera allégée. Un abattement supplémentaire de 20% sera, en effet, accordé aux propriétaires qui vendent leurs biens à partir de 2013. Courtier immobilier à Lille et Lens.

Pour rappel, les plus-values immobilières (hors résidences principales) sont taxées à 19% durant les cinq premières années. En y rajoutant les prélèvements sociaux (15,5%), le taux d’imposition atteint donc 34,5%.

Actuellement, le propriétaire bénéficie d’un abattement de 2% par an entre la sixième et la dix-septième année de détention, puis de 4% par an au-delà de la dix-septième année, et enfin de 8 % chaque année au-delà de vingt-quatre ans. Ce qui conduit donc à une exonération totale à partir de 30 ans.